Index Silver Screens
Silver Screens - Le forum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   ConnexionConnexion 

Le Kinopanorama - Du Splendid au Kinopanorama - Chptre 1

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Silver Screens Index du Forum -> Salles - vos articles
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
LenKinap



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 636

MessagePosté le: Dim 31 Juil 2005 13:00    Sujet du message: Le Kinopanorama - Du Splendid au Kinopanorama - Chptre 1 Répondre en citant

DU SPLENDID AU KINOPANORAMA


Tout part d'un cinéma et finit par un autre Mais que d'aventures entre temps. C'est une petite mais riche histoire que nous allons évoquer dans les semaines qui viennent, commencée en 1919 pour se terminer en 2002.

Au 60 de l'avenue de la Motte-Piquet est créée en 1919 une salle de cinéma : Le Splendid Palace, sous l'égide financière de Pathé. C'était à l'époque une grande salle de Paris et un des premiers cinémas à s'équiper pour "le parlant" (équipment Western Elelectric WE 42-A et projecteurs Simplex sonores). Repris par Gaumont, il deviendra "Spendid Gaumont", puis de nouveau Spendid jusqu 1957. Détenu ensuite par la SA "Le Slendid", dirigée par Pierre Pinton, son épouse Josette, sa belle-famille et quelques-autres. Il s'avérera vite que la salle est vétuste et qu'une opération immobilière serait bien plus profitable qu'un vieux cinéma.



Façade du Splendid peu avant sa démolition



Salle du Splendid vue du balcon peu avant sa démolition


Pierre Pinton décide alors, en 1958, de raser l'endroit et de construire, avec ses associés, un immeuble moderne de dix étages. Une salle de cinéma, prévue au départ pour être "classique", occuperait le rez-de-chaussée de l'immeuble. L'histoire aurait dû s'arrêter là, une salle comme une autre !


Avant projet de la façade du Kinopanorama - 1957

Jean-Placide Mauclaire(créateur du Film Français, co-fondateur du Studio 28 et de la célèbre reprise du Napoléon de Gance, animateur de Cinémonde et de Paris- Hollywood) revient de l’Exposition Internationale de Bruxelles (1958) avec un procédé cinématographique nouveau; le Kinopanorama. Il souhaiterait lui trouver un lieu définitif d'installation en France et pense tout d'abord au théâtre Marigny. Par hasard, il rencontre alors Pierre Pinton qui venait de commencer la reconstruction du Splendid; pour Mauclaire, les proportions de la salle sont idéales et il choisit le lieu pour y installer l'imposant matériel Kinopanorama de Bruxelles.

Le 5 février 1959, le nom Kinopanorma (ainsi que Cinépanorama)est déposé à l'INPI pour le compte de la DIC (Distribution Internationale Cinématographique), présidée par J.P. Mauclaire sous le N° 478 090. Un bail de cinq ans est signé entre le propriétaire des murs et la DIC; M.Pinton n'a jamais exercé le moindre pouvoir artistique ou technique dans cette salle jusqu'en 1974. Avant la fin de l'exposition de Bruxelles, un accord financier est conclu avec le Ministère de la Culture de l'URSS pour le rachat, le transport et la ré-installation du matériel à Paris. Il s'agit quand même d'un investissement considérable de près de 200 millions d'anciens francs, rien que pour le matériel et le transport. Les appareillages représentaient 75 millions, les frais de douane 42, le reste pour le transport et l'installation. Dés mars 1959, les plans de la salle sont modifiés tant bien que mal pour recevoir l'imposant procédé. Cette adaptation ne sera pas parfaite et il restera quelques imperfections dont nous reparlerons; plus loin.

Peu de temps après, 16 camions chargés de 270 caisses au total d'un poids de 70 tonnes arrivent devant la salle en construction. Quatre ingénieurs soviétiques aidés par des techniciens de Cinélume (Cinemeccanica) assurent l'installation de ce que l'on peut bien appeler une "usine à gaz":



L'imposante cabine du Kinopanorma - Elle sera détaillée dans un prochain chapitre


    - 6 Projecteurs panoramiques KINAP KPP-1
    - Deux doubleurs magnétiques 9 pistes KINAP MG 9
    - Le système sonore KINAP KZVT-5 et ses 98 haut-parleurs
    - Les huit redresseurs et annexes de synchronisation (groupes tournants RotoSyn)
    - Les consoles de contrôle salle et cabine.

Le reste du matériel sera fourni par des constructeurs français, comme l'écran et sa machinerie complexe (Fechoz), Quinette pour l'habillage et les fauteuils, Cinélume (projecteur de prologue) etc... L'architecte du lieu est M. Raymond Nicolas.

Tout est maintenant prêt pour recevoir les spectateurs dans une salle terminée et pour un premier film dont nous reparlerons dans un prochain chapitre, avec ses implications techniques.

A bientôt.


Crédits Photographiques: Association Triple Ecran DR - Reproduction interdite

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Louis Sidney



Inscrit le: 29 Juil 2009
Messages: 522
Localisation: Paris Nord

MessagePosté le: Mer 02 Sep 2009 21:10    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

J'aimerais savoir comment a fait J.P. Mauclaire qui a, comme il le disait dans LFF, trouvé tout seul ces 200 millions AF.

Il avait un groupe de presse, certes. Était-il propriétaire de l'immeuble du 2 av Matignon où était le siège ?

Existe-t'il une biographie de ce personnage peu commun ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Adresse AIM
LenKinap



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 636

MessagePosté le: Sam 05 Sep 2009 22:48    Sujet du message: Répondre en citant

Louis Sidney a écrit:
Bonjour,

J'aimerais savoir comment a fait J.P. Mauclaire qui a, comme il le disait dans LFF, trouvé tout seul ces 200 millions AF.

Il avait un groupe de presse, certes. Était-il propriétaire de l'immeuble du 2 av Matignon où était le siège ?



Je pense qu'il y a eu des accords avec le Ministère de la Culture de l'URSS, mais JP Mauclaire disposait d'argent (son Club de l'Elysée Matignon était connu et rentable). Sur les correspondances que j'ai entre Pierre Pinton(propriétaire des murs) et JP Mauclaire (exploitant et locataire), il est rarement question d'argent. Signe que les choses devaient être gérées. De malfaçons, de re-calculs, de litiges sur des travaux ... un peu plus. Que par ex. la cabine avait été mal calculée et cela avait demandé une inclinaison de l'écran de 6° ce qui ne fut corrigé que pour ... "Guerre et Paix". Chose amusante, quand j'ai travaillé pour la mission historique de la ville de Paris au moment de la démolition, nous avons retrouvé les fixations de l'ancien cadre écran (Kino triple), du second (70mm et période Pinton) ....

Mais Pierre Pinton se foutait royalement de la salle à cette époque et n'était pas impliqué dans sa gestion autrement qu'en percevant un loyer. Il n'a jamais été cinéphile, à cette époque il avait un affaire de mécanique de précision, de ... surgelés (le Finglouton) et gérait une affaire immobilière qui consistait à vendre 8 étages d'appartements et de louer une salle de cinéma. Un point - un trait ... Les deux premiers étages étaient pour lui et sa famille.

Je pense que la technique était plus son truc (le son+++), mais l'idéologie, le cinéma soviétique ... pas trop bien qu'il avait lu "L'URSS" d'Aragon que j'ai toujours gardé à la maison. Pierre était plus un grand bourgeois qu'un militant du PCF ....


Louis Sidney a écrit:
Existe-t'il une biographie de ce personnage peu commun ?


J'ai été en brève relation avec sa petite fille, mais je n'ai plus de nouvelles depuis des mois. Le pire, c'est qu'il était ... médecin !!!!
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Louis Sidney



Inscrit le: 29 Juil 2009
Messages: 522
Localisation: Paris Nord

MessagePosté le: Sam 05 Sep 2009 23:35    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, Mauclaire était au départ un chirurgien, mais il avait abandonné la pratique pour faire des voyages humanitaires en Orient (c'est en tout cas ce que Maurice Bessy a raconté).

Au sujet de l'idéologie, justement, j'ai du mal à comprendre le personnage, car il commence avec le "Studio 28" par diffuser le premier film soviétique en France, s'associe avec Abel Gance qui est fortement intéressé par la diffusion de ces films.

Puis à la Libération il a ce groupe de presse "tentaculaire" avec LFF, Les Lumières de la Ville, Cinémonde, Paris-Hollywood, Une Semaine de Paris, plus tous les périodiques qu'il absorbe peu à peu.
Et ce restaurant de l'"Élysées-Matignon" si bien situé, avec un bar-américain, et comme logo une calèche, une agence de voyages, un salon de coiffure, le club qui ouvre au sous-sol en 54 où se presse l'élite du cinéma international.
Le Film Français, contrairement à d'autres publications, ne montre aucune hostilité envers le cinéma américain qui domine le marché, et publie aussi la Cote morale Catholique des films !

Et puis, arrive cette aventure "Kinopanorama" dans laquelle il se lance à fond.

Tout ça est un mélange surprenant, d'où ma curiosité

Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Adresse AIM
Louis Sidney



Inscrit le: 29 Juil 2009
Messages: 522
Localisation: Paris Nord

MessagePosté le: Jeu 14 Jan 2010 1:46    Sujet du message: Re: Le Kinopanorama - Du Splendid au Kinopanorama - Chptre 1 Répondre en citant

LenKinap a écrit:
DU SPLENDID AU KINOPANORAMA



Au 60 de l'avenue de la Motte-Piquet est créée en 1919 une salle de cinéma : Le Splendid Palace, sous l'égide financière de Pathé. C'était à l'époque une grande salle de Paris et un des premiers cinémas à s'équiper pour "le parlant" (équipment Western Elelectric WE 42-A et projecteurs Simplex sonores). Repris par Gaumont, il deviendra "Spendid Gaumont", puis de nouveau Spendid jusqu 1957. Détenu ensuite par la SA "Le Slendid", dirigée par Pierre Pinton, son épouse Josette, sa belle-famille et quelques-autres.



En fait j'ai l'impression que la salle n'a jamais porté "Splendid-Gaumont" sur son fronton mais plutôt "Splendid-Cinéma-Aubert" à partir de 1922 (ou "Splendid-Aubert"). Par ailleurs, j'ai trace de la gérance par Pierre Pinton en octobre 1949 (Annuaire Bellefaye).


Dernière édition par Louis Sidney le Mar 22 Mar 2011 1:56; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Adresse AIM
LenKinap



Inscrit le: 17 Déc 2002
Messages: 636

MessagePosté le: Dim 31 Jan 2010 22:56    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir,

L'article a été rédigé à partir d'une demande d'aide pour refaire la salle (fauteuil d'orchestre en 1974-75) et ne prétendent pas être totalement exact. Pierre Pinton prenait parfois certaines libertés avec la vérité.

Les propriétaires eux sont bons et vérifiés, les enseignes ????
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Silver Screens Index du Forum -> Salles - vos articles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com